Partagez sur votre page Facebook



La place Rose Goudard, située juste derrière les locaux de la Police municipale, accueille, tous les dimanches et tous les jeudis, les marchés de la ville. Le reste de la semaine, elle se transforme en parking bien pratique pour les usagers de la ville clients des commerces et des restaurants, visiteurs …
C’est une place pleine de charme que tous les L’Islois connaissent, mais savent-ils qui était Rose Goudard ? Cela est moins sûr. Et pourtant, cette dame a beaucoup compté pour la ville.
Rose (Eugénie-Angélique} Goudard est née le 4 janvier 1870 à Cheval-Blanc, dans le Vaucluse et décédée le 9 novembre 1951 à L’Isle-sur-la-Sorgue, à l’âge de 81 ans.
Elle est la plus jeune d’une famille de six enfants. Ses parents étaient épiciers.
Institutrice laïque, elle est nommée sous-directrice de l’école maternelle en 1891. Elle s ‘installe dans la maison qu’elle habitera toute sa vie, au 19, rue de l’Arquet qui prendra son nom après sa mort.
Elle fait toute sa carrière à L’Isle, à part une escapade à Pernes et à Sarrians, entre 1893 et 1898.
Mais, si Rose Goudard s’est occupée des petits l’Islois durant trente et un ans, eu tant que sous-directrice, puis directrice de l’école maternelle, c’est pour son implication dans les œuvres sociales qu’elle aura été honorée par la ville.
En effet, mademoiselle Goudard – elle ne s’est jamais mariée -a travaillé durant toute son existence pour le bien des autres et plus particulièrement pour celui des enfants.
Durant toute la guerre de 1914-1918, elle s’emploie activement à ce que l’on appelle les œuvres de guerre, c’est-à-dire d’associations destinées à ven.ir en aide aux combattants et à toutes les victimes du conflit : prisonniers, réfugiés, veuves …
En 1931,  elle sera même proposée à l’unanimité du Conseil Municipal pour obtenir la croix de Chevalier de la légion d’honneur. 
Par la suite elle se lance dans l’aide et l’accompagnement des pupilles de la Nation. Elle donne tout son temps libre aux œuvres caritatives durant toute la période où elle est en activité, et on investissement personnel augmente encore à l’heure de la retraite où clic devient une figure incontournable dans la ville en matière sociale.
On la voit œuvrer dans des associations telles que : « Les enfants à la mer » ; « Goutte de lait » ; « La Layette » et bien d’autres organismes aujourd’hui disparus, mais qui apportèrent soutien et réconfort à un grand nombre de L’Islois, de tous âges et de toutes conditions.
Sa fougue et sa détermination à venir en aide aux démunis dureront presque jusqu’à son dernier souffle.
Au début de l’année 1951, elle adresse une lettre à la municipalité, de L’Isle-sur-la-Sorgue pour l’informer que son état de santé ne lui permet plus d’assumer ses fonctions au sein des œuvres sociales. Elle décède quelques mois plus tard. En hommage à cédée grande  dame, la municipalité décide de rebaptiser la rue où elle vivait, pour lui donner son nom.
En 1963, plusieurs bâtiments, dont une école de filles, désaffectée depuis quelques années, sont abattus, afin de dégager de l’espace et de créer une place. À l’heure de trouver un nom pour cette nouvelle entité, le choix s’impose rapidement et c’est celui de Rose Goudard qui est choisi.
Vous connaissez l’histoire de cette femme engagée et pleine de conviction, certainement modeste à un tel point que, malgré nos recherches, nous n’avons pas réussi à mettre la main sur un seul portrait d’elle.
Sur son tombeau situé dans l’allée B du cimetière ancien de l’Isle-sur-la-Sorgue ne figure nulle inscription à son nom.  Seul un bas-relief avec le R et le G entrelacés évoque sa mémoire.
Cette biographie est largement inspirée des Chroniques de L’Isle-sur-Sorgue : www.editionsduvenaissin.fr.
Print Friendly, PDF & Email

Comments

Rose Goudard (1870-1951) — 3 commentaires

  1. 19 rue Rose Goudard
    La maison dans laquelle elle a habité vers la fin de sa vie était proche de son école, si elle existe encore elle a plutôt mal vieilli.

  2. Ta page est formidable mon ami,
    Je suis toujours à la recherche d’une photo de Melle Rose Goudard afin de compléter mes recherches. Tu as oublié de mentionner dans tes escapades comme tu dis, que Mlle Goudard était en tant que directrice d’école à Sarrians en 1895 et en 1896 à Pernes-les-fontaines.
    En 1929 retraitée, elle est nommée officier de l’Instruction publique et qu’elle a pu ainsi obtenir les palmes académiques d’Aix-Marseille.

  3. Enfant j’ai connu mademoiselle Goudard c’était une très gentille personne et j’en garde un très bon souvenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

HTML tags allowed in your comment: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>